Fédération
Vendée
Accueil > Actualités > Communiqué de Jean-Claude MERCERON sur les prisons

Actualités


Communiqué de Jean-Claude MERCERON sur les prisons

Le 22/01/2014

« Pour moi, la prison n’est ni de droite, ni de gauche, ni du centre".

Jean-Claude MERCERON, Sénateur centriste de la Vendée répond au communiqué que l’Intersyndicale Pénitentiaire de la Maison d’Arrêt de Fontenay-le-Comte vient de lui adresser en appelant tous les personnels à manifester ce mercredi 22 janvier.

Retenu au Sénat par les travaux parlementaires, il regrette de ne pas pouvoir rencontrer les personnels mais tient à leur apporterson soutien.

Il comprend et partage leur désarroi et leur colère concernant les dispositions de l’article 57 de la Loi pénitentiaire*.

En qualité de parlementaire ayant voté cette loi, il assume sa responsabilité en soulignant :

«  Pour moi, la prison n’est ni de droite, ni de gauche, ni du centre, d’ailleurs. Lieu de privation de liberté pour les détenus, c’est par définition un lieu de souffrance, miroir de celle des victimes. De plus en plus, les personnels travaillent dans un univers de tension et de violence : l’actualité malheureusement, nous le prouve au quotidien. »

 Néanmoins, il convient de rappeler qu’enmars 2009, les réticences des personnels sur les dispositions de cet article 57 avaient bien été comprises et exposées à la tribune de la Haute Assemblée.

Chaque année depuis, à l’occasion du vote des lois de finances et de l’examen des rapports « Justice – Administration pénitentiaire », la situation préoccupante des prisons françaises a été dénoncée : le climat de violence nourri par la surpopulation carcérale persistante, la surpopulation chronique des maisons d’arrêt et le malaise grandissant des personnels pénitentiaires.Encore en 2013, le Sénat a reconnu que « l’effort de sécurisation des établissements pénitentiaires était insuffisant face aux besoins, et à quel point, dans ce contexte, la question des fouilles telle que voulue par l’article 57, demeurait un sujet d’inquiétude et de réticences majeur pour les personnels. »

Le Gouvernement et, la Garde des Sceaux plus particulièrement n’ont donc pas manqué d’être alertés : d’où l’annonce en juin 2013, d’un plan de sécurisation des établissements pénitentiaires. Et le Sénateur UDI de Vendée de préciser : « Chaque portique millimétrique sensé se substituer aux fouilles, coûte environ 160 000€ et les informations en ma possession confirment les limites de l’appareil car tout ne peut pas être détecté. »

Il poursuit en affirmant qu’il « faut donc  faire un premier bilan dans les établissements équipés avant de poursuivre l’installation de ces portiques. »

Enfin, pour Jean-Claude MERCERON, la sécurisation à long terme ne peut passer que par des réformes de structure, la lutte contre la surpopulation carcérale, des maisons d’arrêt notamment et un travail de sécurisation de tous les bâtiments.

 

Les archives

www.parti-udi.fr
Mentions légalesPlan du siteContact