Fédération
Vendée
Accueil > Actualités > Commission « Avenir des Trains d’Equilibre des Territoires ».

Actualités


Commission « Avenir des Trains d’Equilibre des Territoires ».

Le 27/05/2015

Annick BILLON Sénatrice de la Vendée ne signe pas le rapport DURON

Annick BILLON, Sénatrice UDI de la Vendée nommée par le Premier Ministre parlementaire en mission avec 5 autres de ses collègues, est mardi 26 mai au ministère des transports pour la présentation du rapport de la Commission « Avenir des Trains d’Equilibre des Territoires ».
Arrivés au terme de cette mission de six mois qui a permis d’auditionner 155 personnes (usagers, entreprises, partenaires sociaux, exploitant, autorités organisatrices de transports et élus locaux), le rapport formule des propositions d’évolution pour les 40 liaisons ferroviaires entre les grandes villes non desservies par le TGV.
Particulièrement assidue, la Sénatrice UDI de la Vendée tient dans un courrier adressé au Président Philippe DURON, à formuler des observations sur la ligne Nantes-Bordeaux qui traverse le département de la Vendée :
 il n’est pas exact d’affirmer que la clientèle ne va pas majoritairement au-delà de Nantes au nord et de Bordeaux, au sud.
o Les chiffres sont disponibles au service transport du Conseil Départemental de la Vendée
 Les déplacements sont majoritairement « privé-loisirs » parce que l’offre pour les déplacements « affaires-professionnels » est devenue inexistante
o Les salariés, compte tenu des difficultés de circulation entre Luçon et La Roche-sur-Yon, du coût de l’essence et de la prise en charge intéressante par l’employeur des frais de trajet domicile-travail lorsque le salarié empreinte un transport collectif sont en attente d’une offre adaptée
o Les mauvais temps de trajet entre Nantes et Bordeaux sont réels mais dénoncés depuis très longtemps, dans un contexte où sur 5 motifs proposés, il arrive en 3ème position
 Rennes-Bordeaux (annexe) 4 trains par jour
o Manque la précision 2 allers-retours ou 4
o Actuellement 3 AR et non 1 (un matériel roulant, peut-être ?)
 La proposition de la suppression des arrêts à Luçon n’est pas acceptable
Annick BILLON propose : « Sur Nantes-Bordeaux, Il faut une desserte conjointe optimisée TET et TER, c’est une erreur de vouloir les séparer. Pourraient ainsi être maintenus, les 4 allers et retours et d’étoffer la grille TER de 4 allers et retours…, en terme de clarification des liens TET-TER, la qualité de l’offre peut être contrairement à ce qui est indiqué, confortée et optimisée, voire étoffée par une interaction. »
D’une manière plus générale, Annick BILLON exprime son sentiment :
« Le rapport a le mérite d’exister. Toutefois, il faut le considérer comme une base de réflexion !»
Elle est persuadée qu’à la veille des élections régionales : « Les élus des régions concernées vont s’approprier le débat et c’est tant mieux !
Enfin, les choix budgétaires doivent prendre également en compte les exigences en termes d’aménagement du territoire, du bilan carbone des solutions retenues. Il convient de rappeler que l’addition de défaut d’entretien des lignes et des matériels roulants liés à des sous investissements confirmés et associés à la suppression d’horaires et de correspondances, a écarté une clientèle potentielle de plus en plus importante : beaucoup de lignes ne peuvent plus donner toute la mesure de leur efficience économique dans ces circonstances.
Et de conclure : « Oui la situation des TET et son déficit rendent difficiles les choix budgétaires de l’Etat et de la SNCF mais attention à ne pas oublier, délaisser certains territoires.
A l’heure où on lutte contre la fracture numérique, veillons à ne pas creuser une fracture dans la mobilité. Les dernières élections devraient nous servir de leçon »
Sa signature était conditionnée à l’ajout de sa contribution*. Philippe Duron ne l’a pas intégrée. Par conséquent, elle l’a informée à l’issue de la conférence de presse que finallement, elle retirait sa signature.

Les archives

www.parti-udi.fr
Mentions légalesPlan du siteContact